Les enjeux aux nappes stratégiques pour l'AEP

La question des nappes stratégiques pour l’AEP se situe au croisement des enjeux quantitatifs et qualitatifs. Compte tenu de l’accroissement actuel et futur de la population du territoire, la préservation de la qualité des principales ressources en eau pour l’AEP, constitue un enjeu majeur à long terme qu’il convient de mettre en exergue. Les principales ressources mobilisées ou mobilisables à moyen et long terme pour satisfaire les besoins de l’AEP sont des aquifères souterrains qui se situent dans les fonds de vallée au droit des principales sources de pollution.

NappesLes problèmes quantitatifs sur ces ressources souterraines ont déjà conduit certains gestionnaires à prendre des mesures : la nappe du Genevois fait l’objet de quotas de prélèvements et d’une réinjection artificielle ; par ailleurs les sillons profonds d’Arthaz et Scientrier font l’objet d’une attention particulière en vue d’assurer leur renouvellement et leur maintien dans le temps. Dans ces secteurs, les gestionnaires cherchent en outre à sécuriser leur développement en s’organisant avec les territoires voisins et en recherchant de nouvelles ressources souterraines.

Un risque qualitatif important lié au développement de l’urbanisation, des infrastructures et des activités en surface, sources de contaminations ponctuelles ou diffuses potentielles, pèse également sur ces ressources. La réalisation de forages, notamment géothermiques, qui se développent à une vitesse importante, constitue un autre facteur majeur d’augmentation de la vulnérabilité des nappes par une mise en contact de façon irréversible des nappes superficielles potentiellement polluées avec des ressources plus profondes naturellement mieux protégées. La maît
rise de l’occupation du sol, des activités et des forages au droit de ces ressources stratégiques sont donc un enjeu primordial pour sécuriser l’AEP du territoire, condition de son développement futur.

Les enjeux relatifs aux nappes stratégiques pour l’AEP sont les suivants :
  • Garantir la préservation à long terme des ressources pour l’eau potable, prioritairement des nappes stratégiques, par une maîtrise des prélèvements, des sources de pollution en surface et des facteurs à risques tels que le développement de la géothermie